line2
image banniere

LES PERSONNES LGBTQ

Il apparait en effet que la santé mentale des personnes de la communauté LGBTQ est plus dégradée que celle des personnes hétérosexuelles : les premières présentent deux fois plus d’épisodes dépressifs caractérisés, de symptômes dépressifs actuels et de pensées suicidaires et trois fois plus de tentatives de suicide au cours de l’année écoulée que les secondes.

EN SAVOIR PLUS

Ce qu’il faut savoir

Les jeunes LGBTQ courent approximativement 14 fois plus de risques de se suicider ou de devenir toxicomanes que les personnes hétérosexuelles. Certaines recherches indiquent que la prévalence d’abus d’alcool, de tabac et d’autres substances peut être de deux à quatre fois supérieure chez les personnes qui s’identifient comme LGBTQ. Dans 25% des cas, le sur-risque d’avoir des symptômes dépressifs s’explique par le fait d’avoir subi des violences dans les 12 derniers mois (chiffres de 2017). Pour autant, la violence physique n’est pas nécessaire pour qu’une personne LGBTQ ressente une détresse psychologique. La non acceptation de l’homosexualité ou de la bisexualité d’une personne par ses proches altère fortement sa santé mentale.

Comment faire face ?

Reconnaître les signes

Savoir, c’est avoir le choix. Les personnes LGBT ayant plus de risques de développer un trouble de la santé mentale ou de faire une tentative de suicide, il est important de se renseigner sur ces sujets afin de pouvoir en réduire l’impact. Savoir reconnaître les signes d’une dépression peut permettre de prendre les mesures appropriées.

Connaître ses options

Il n’existe pas de traitements standard pour les troubles de la santé mentale. C’est à chacun selon son état et les recommandations de son thérapeute de prendre les meilleures décisions. Il est également important de savoir vers qui se tourner au moment critique. Amis, proches, thérapeute etc… L'important est de trouver la solution la plus efficace pour soi.

line2

Se rétablir

Il existe de nombreuses options pour aller mieux et rester en bonne santé, c'est pourquoi il est bon d'élaborer un plan d'action global. Vous pouvez l'écrire ou le noter mentalement, mais le mieux est de vous assurer que vos actions sont coordonnées pour vous donner les meilleures chances de vous sentir mieux.

Qui est-ce que cela concerne ?

Selon l’OMS, une personne sur trois vivra une expérience de trouble de la santé psychique dans sa vie. Ces chiffres témoignent d’un fait : aujourd’hui, la santé mentale est une affaire de tou⋅te⋅s.

Les enfants (0 à 12 ans)

Les enfants
(0 à 12 ans)

Les adolescent⋅e⋅s et jeunes adultes (12 à 25 ans)

Les adolescent⋅e⋅s et jeunes adultes
(12 à 25 ans)

Les femmes

Les femmes

Les hommes

Les hommes

Les personnes âgées

Les personnes âgées

Les femmes enceintes

Les femmes enceintes

Les personnes LGBT

Les personnes LGBT

Les réfugiés et déplacé⋅e⋅s

Les réfugiés et déplacé⋅e⋅s

Les jeunes parents

Les jeunes parents

Votre impact

Rejoignez le mouvement pour mettre fin à la stigmatisation de la santé mentale et rendre les soins accessibles à tous en Afrique.

Faites le premier pas aujourd'hui


Nous suivre

Pour recevoir et partager nos actualités sur les réseaux.

Newsletter

Recevoir l'actualité de Bluemind Foundation :
J'accepte recevoir les actualités

Recevoir les articles de Bluemind@work :
J'accepte recevoir les articles

Veuillez saisir un mot